Nouvelles

Opération Tirelires

C'est une récolte de près de 800$ que nous avons amassé le 14 avril dernier au IGA-Jodoin de La Providence. Ce montant s'ajoute aux sommes recueillies par toutes les auberges du coeur dont le résultat national atteint près de 40 000$.

Cette levée de fonds vient donner un coup de pouce aux jeunes de notre communauté, dans un contexte d'hébergement communautaire, et ainsi les aider à mieux se connaître, à s’aimer, à se faire confiance et à s’outiller dans leur démarche d’autonomie et de responsabilisation.

Merci pour votre générosité et votre reconnaisssance envers les jeunes.

Par suzanne demers le 2011-04-12

Les auberges ont le coeur brisé

Le 14 février, jour de la St-Valentin, les Auberges du cœur dont Le Baluchon manifestaient devant le Conseil du trésor afin de toucher le cœur de trois couples de ministres du gouvernement. Dans le prochain budget provincial, les Auberges du cœur demandent un engagement à la hauteur de 1,4 million $, sur les 4,7 millions $ demandés au gouvernement. Ce montant serait remis en priorité aux Auberges les moins financés du réseau des 31 Auberges.

Depuis bientôt 2 ans, les Auberges du cœur ont relancé des pourparlers avec le gouvernement afin d’obtenir la consolidation de leur financement à la mission. Le dépôt de 27 pétitions au printemps 2009 a été suivi de plusieurs rencontres ou échanges avec des responsables gouvernementaux, y incluant deux rencontres avec la ministre déléguée aux Services sociaux; mais les Auberges du cœur n’ont obtenu aucune réponse concrète à leur demande.

Au contraire, depuis cette date, la situation financière des Auberges continue de se fragiliser. À titre d’exemple, à Gatineau, L’Appart Adojeune, un service d’hébergement d’urgence pour les jeunes de 13 à 17 ans a dû, suite à la perte d’une aide financière discrétionnaire d’un député de la région, réduire ses heures d’ouverture à 4 soirs par semaine. Cette réduction des services de 24h/7j à 16h/4j a pour conséquence de laisser des jeunes mineurs à la rue et s’est aussi soldée par une mise à pied de 5 intervenants.

Hier, devant les bureaux du Conseil du trésor, les Auberges du cœur interpellaient trois couples ministres dont les responsabilités devraient contribuer au mieux-être des jeunes :

· Mme Stéphanie Vallée et M. Jean Charest, responsables du dossier Jeunesse
· Mme Dominique Vien et M. Yves Bolduc, responsables de la Santé et des Services sociaux
· Mme Michelle Courchesne et M. Raymond Bachand, responsables du Conseil du Trésor et des Finances

Les situations vécues par les jeunes en difficulté et sans abri se complexifient, leurs besoins se diversifient et les Auberges s’ajustent à cette réalité notamment en créant des projets et en développant de nouveaux services (ex., les appartements supervisés, le suivi post-hébergement, le travail de rue, le soutien aux familles, les plateaux de travail, etc.).

Alors que les Auberges investissent tout leur cœur et leur énergie pour répondre aux besoins des jeunes, elles interpellent maintenant le cœur du gouvernement afin qu’il investisse dans cette précieuse infrastructure sociale que sont les Auberges du cœur.

Source :
Rémi Fraser, directeur général du RACQ
Isabelle Gendreau, agente de communication du RACQ

Par suzanne demers le 2011-02-15

Succès record pour la levée de fonds!

Avec un résultat avoisinant 60 000$, l’objectif de 50 000$ est largement dépassé!

En acceptant d’assumer la présidence d’honneur du 15e encan d’œuvres d’art de la Fondation la maison d’hébergement Le Baluchon, le directeur général du CLD Les Maskoutains, Mario De Tilly, a relevé avec brio un défi à la hauteur de ses nombreux talents. Avec près de 60 000 $ amassés, il a affirmé avec fierté « mission accomplie » et annoncé un résultat record, dépassant l’objectif qui était fixé à 50 000 $ pour cette levée de fonds.

Présenté conjointement par le Cégep de Saint-Hyacinthe, Synor, Cintech Agroalimentaire et le Groupe CTT, partenaires Platine, ce beau succès a été rendu possible grâce à l’engagement constant des membres du comité organisateur combiné à la grande générosité des artistes peintres, des artistes sculpteurs ainsi qu’à l’apport financier d’un grand nombre de partenaires.

À ce chapitre, monsieur De Tilly a tenu à souligner la contribution de l’ensemble des partenaires :

Les partenaires OR dont le CLD Les Maskoutains, la Cité de la biotechnologie, Émilien Pelletier, député de Saint-Hyacinthe, JEFO Nutrition, Galénova, Prevtec Microbia, Rad Équipements et Liberté ;

Les partenaires ARGENT dont Les Entreprises Électriques A & R, Distribution Claude Lévesque, Les Aliments Brookside, Les Entreprises Clément Perreault, Barry Callebaut, DBC Communications et Bio Biscuit;

Les partenaires BRONZE dont Yvon Boulianne Architecte, Rimico Entrepreneur général, Véolia Canada Services industriel, Vitrerie L. Ménard, la Fondation Samson Bélair/Deloitte & Touche Canada, Tuba, Ève-Mary Thaï Thi Lac, députée de Saint-Hyacinthe-Bagot et Câbles Ben-Mor.

Il a, en outre, remercié de leur support financier Plomberie Réjean Lemelin, Langelier Assurances, RONA Saint-Hyacinthe, Les Galeries Saint-Hyacinthe, La Société d’agriculture de Saint-Hyacinthe, Les Serres Rosaire Pion, Nicole Ménard, ministre du Tourisme et responsable de la région de la Montérégie, la Ville de Saint-Hyacinthe, Sylvain Simard, député de Richelieu, Stéphane Bergeron, député de Verchères, Pierre Curzi, député de Borduas, Marie Bouillé, députée d’Iberville, Yves Lessard, député de Chambly-Borduas, Les Saveurs Balatti et la Boutique Le Baluchon.

Les jeunes de l’Auberge unissent leur voix pour dire MERCI DU FOND DU CŒUR à Mario De Tilly, à tous les artistes, aux partenaires financiers, aux acheteurs d’œuvres d’art, à l’artiste peintre Serge Brunoni, à Jean-Guy Lemoine, à Marcelle Blanchard, à Claude Rainville, à Serge Bélanger, à Bernadette Landry et l’équipe de bénévoles dont Marie-Andrée Delisle, Julien Arpin, Normand Giard, Bruno Vermette, Jean Trudel-Hébert, Monique Roy, Charles Morissette, Huguette St-Amand, Éric Dozois, Noémie Bélanger, Jade Bélanger, Denise Hébert, Hélène Chartier et les élèves de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme ainsi que le personnel de l’Auberge du cœur Le Baluchon.

Par suzanne demers le 2010-12-01

Les jeunes du Baluchon montent le ton!

Le 23 novembre dernier, six jeunes de l’Auberge participaient activement à la mobilisation organisée par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics qui se déroulait à Montréal.

Sous le thème Halte à Charest, les jeunes disent NON à l’augmentation des frais de scolarité. Ils disent NON à l’augmentation des tarifs d’hydroélectricité. Ils disent NON à toute forme de mesures qui viennent appauvrir les personnes. Ils disent NON à toute forme de privatisation et de tarification des services publics.

Ils disent OUI à l’augmentation des impôts des plus riches. Ils disent OUI à l’augmentation des impôts des grandes entreprises. Ils disent OUI à une importante réduction des abris fiscaux. Ils disent OUI à des services publics de qualité, accessibles, universels et mieux financés. Ils disent OUI à des programmes sociaux qui respectent la dignité et qui aident les personnes à se sortir de la pauvreté.

Par suzanne demers le 2010-11-25

Action bénévole - Merci pour tous les gestes posés

Dans le cadre de la Semaine de l'action bénévole 2010, les jeunes et les membres de l'équpe de travail souhaitent souligner le support indéfectible, les qualités de cœur et les expériences des personnes suivantes qui n'hésitent pas à contribuer à la mission et aux objectifs de l'Auberge du coeur Le Baluchon :

Claude Rainville, président du conseil d’administration (c.a.)
Marie-Andrée Delisle, vice-présidente du c.a.
Bernadette Landry, secrétaire du c.a.
Serge Bélanger, trésorier du c.a.
Hélène Chartier, administratrice au c.a.
Normand Giard, administrateur au c.a.
Sylvain Quessy, administrateur au c.a.
Jean Trudel-Hébert, administrateur au c.a.
Claude Aubé, Opération Tirelires et Encan
Mathieu St-Amand, animation et Encan
Carol Locas, animation
Brigitte Sansoucy, support administratif
Gilles Deschesne, Nuit des sans-abri
Mamadou Ba, Nuit des sans-abri
Jean-Guy Lemoine, Encan
Ginette St-Onge, Encan
Normand St-Onge, Encan
François Avard, Encan
Julien Arpin, Encan
Marcelle Blanchard, Encan
Monique Roy, Encan
Noémie Bélanger, Encan
Jade Bélanger, Encan
Michel Martel, Encan
Jean Marchand, Encan
Thérèse Desautels, Encan
Mylaine St-Onge, Encan

Par suzanne demers le 2010-04-19

Le Baluchon était présent!

Des organismes communautaires autonomes oeuvrant en santé et services sociaux et des organismes de défense de droits, membres de la Table régionale des organismes communautaires, la TROC-M, ont rencontré le député de St-Hyacinthe, monsieur Émilien Pelletier, le 16 novembre dernier pour exposer la situation dans laquelle ils se trouvent et leur demander des engagements concrets.

Les organismes communautaires œuvrant dans le champ de la santé et des services sociaux demandent au gouvernement provincial un réinvestissement de 189 millions de dollars sur quatre ans dans le Programme de soutien aux organismes communautaires, pour le financement à la mission de base des organismes.

Encore aujourd’hui, la grande majorité de ces organismes reste sous-financés et de plus, l’indexation de leurs subventions est nettement insuffisante pour faire face à la hausse du coût de la vie. À titre d’exemple, pour 2009, l’indexation qui leur a été attribuée s’élevait à 1,4 % alors que l’Indice des prix à la consommation (IPC) était de 2,3 %. Et cette situation perdure depuis environ 8 ans. À cette perte s’ajoute le fait que le gouvernement refuse de se doter d’un plan en vue d’une consolidation financière de ces organismes, qui sont pourtant le dernier maillon d’un filet social déjà durement éprouvé. Faute d’avoir adopté un plan, les investissements faits par le gouvernement au sein des organismes communautaires au cours des dernières années ont donc laissé de côté une grande partie des organismes et des populations qu’ils desservent.

Dans ces conditions, on assiste à un appauvrissement des organismes communautaires partout à travers le Québec. Et cela occasionne une baisse importante des activités et des services offerts aux citoyennes et aux citoyens québécois de tous âges (soutien aux personnes en difficulté, aux personnes âgées, aux personnes handicapées, groupes d’entraide, cuisines collectives, hébergement communautaire, etc.).

En Montérégie, le seuil d’indexation a été fixé à 1% en 2009-2010. L’Agence de santé et de services sociaux de la région a conservé 0.4% du budget pour soutenir des groupes en crise financière. Les organismes membres de la TROC-M ont fait preuve de solidarité en acceptant cette ponction.

Dans la dernière année, tous les partis d’opposition ont reconnu l’ampleur du problème de sous-financement et ont appuyé les organismes communautaires autonomes dans leurs démarches. Plusieurs entreprises, personnalités, organismes, citoyens et citoyennes ont également appuyé les revendications du milieu communautaire. Certaines agences de santé et services sociaux dont celle de la Montérégie ont reconnu le sous-financement des organismes communautaires et ont écrit au Ministre de la Santé et des Services sociaux. Forts de ces appuis, les organismes communautaires en santé et services sociaux interpellent maintenant leurs députés.

Les onze groupes communautaires autonomes qui participaient à la rencontre avec monsieur Pelletier ont reçu l’engagement qu’il portera le message des organismes locaux à l’Assemblée nationale de manière à influencer le Conseil du trésor, le ministère des Finances et le Conseil des ministres en leur faveur.

La Montérégie compte 466 organismes communautaires reconnus comme tel par l’Agence de santé et de services sociaux de la région. Au moins 124 000 personnes sont membres de ces organismes et 74 400 y consacrent du temps comme bénévoles. Le manque à gagner pour que tous les organismes atteignent un financement correspondant à l’expression de leurs besoins est de 15 746 242 $ échelonné sur 4 ans.

Pourtant, les organismes communautaires « livrent la marchandise ». Ils s’impliquent auprès du secteur public, souvent en complément de son offre de services ; ils participent aux tables de concertation que le système public met en place et auxquelles il leur demande de s’impliquer activement; ils supportent leur collectivité en cette période difficile. Le gouvernement du Québec doit faire son bout de chemin maintenant!

Par suzanne demers le 2009-12-16

1   2   3